espèce suivante espèce précédente

Pieris rapae (Linnaeus, 1758). - La Piéride de la Rave

Pieridae - Pierinae - N° Leraut 1997 : 3306 liens : Lepinet, 6pattes, Lepiforum, INPN

Fiche complémentaire - Répartition par maille 10 x 10 km

Légende :
Observation en 2017 Observation en 2017
Dernière observation après 2000 Dernière observation après 2000
Dernière observation entre 1980 et 2000 Dernière observation entre 1980 et 2000
Dernière observation entre 1950 et 1980 Dernière observation entre 1950 et 1980
Dernière observation avant 1950 Dernière observation avant 1950

Liste des observateurs :

AP RHEINALLT Tristan, ARMANGE Edith, AUCLAIR Déborah, BARRAL Aurélie, BAULU Michel, BOUCHER Sylvie, BROSSIER Emilie, BRUNEAU Marc, CAMA Alain, CHATTON Thomas, DARDENNE Bernard, DAVIAU Sophie, DEZECOT Gilles, DOHOGNE Romuald, DORE Florian, GARDERE Chrystele, GIBAN Martine, GONNARD Didier, GONNARD Annabelle, GONNARD Sabine, GRESSETTE Serge, GUILLOTON Jean-Alain, HOUSSET Philippe, INGREMEAU Daniel, JARDIN Georges, KRUISJEN Beri, LACROCQ Jean claude, LANIÈCE Manon, LE MERCIER Valérie, LEMESLE Bernard, LETT Jean-Michel, LUBACH Tjitske, MARQUET Jacques, MELLET Corinne, MONTAGNER Sylvain, MORIZET Yohan, PLAT Pierre, PONNET Alexis, PREVOST Michel, PRUVOST Jean-Marie, REINECKE Linda, ROBIN Noam, ROGER RH, ROGGY Brice, VAN BEUSEKOM Camille, VAN DER LANS Ferry, VAN SLAGEREN Robert, VANDROMME Denis, VIGNERON Jean, WAUTERS Guido, WILLIAMS Tony,
Pieris rapae Pieris rapae Pieris rapae

cliquer pour agrandir

Nombre d'observations dans la base : 370
Nombre de communes avec présence : 110Nombre par commune
Nombre de mailles 10 x 10 km avec présence : 61
Couverture du département : 67.78 % (% du nombre de mailles)
Indice de rareté = 32.2. Espèce très commune (CC)voir calcul



Statut au 19ème de Pieris rapae

MARTIN René, 1888. Les Lépidoptères du département de l’Indre.

Se trouve partout par milliers depuis les premiers jours d’avril jusqu’au 10 octobre. De cette époque à la fin du mois on n’aperçoit plus que quelques mâles. Elle voltige doucement et se pose aux fleurs du roncier, du sainfoin, de la luzerne, sur l’oseille et la verveine sauvage, sur les valérianes, sur le thym. Elle aime aussi à s’abattre sur la terre humide et les fumiers. Les mâles sont cent fois plus nombreux que les femelles. Au moment que vient la nuit, ces piérides s’installent dans les taillis et sur les branches des arbustes, toujours sous une feuille et la tête en haut.

SAND Maurice, 1879. Catalogue raisonné des Lépidoptères du Berry et de l’Auvergne

C. Nohant (Indre), 25 mai, août, potagers, prairies, bois. Chenille sur les crucifères, la rave, les choux en mai, septembre